Claude Agier-Mollinari

« La première céramique était de chair et d’os, de la main formant un  bol précaire pour recueillir ce qui ne peut être attrapé par les seuls doigts ».
Christian  Garcelon  

Claude Agier-Mollinari, céramiste

Claude a pris des cours de tournage et de modelage pendant 3 ans sur faïence avec Florence FOHRER Atelier Figuline à Cazères sur Garonne.

Depuis 2015, elle poursuit sa formation avec Chantal BRILLET céramiste et enseignante à l’Atelier Terre de Carbonne. C’est l’achat d’un four cette même année qui lui permet de débuter le travail d’émaillage sur grès avec cuisson haute température.

Claude façonne des grès de différentes couleurs et joue avec les rendus créés par l’utilisation des émaux. Aspect à mi-chemin entre le bois et le cuir avec le grès rouge, apparence de bronze, fer, ou rouille avec le grès noir, et divers effets de transparences et de couleurs avec le grès blanc.

Elle travaille la matière crue en la texturant/martelant/piquetant ou en y incrustant du mica et des fragments de cailloux plus ou moins gros.

Elle utilise également les pierres de manière plus précise dans l’élaboration de ses boîtes. Des pierres trouvées en randonnée, chinées dans les brocantes, ramenées de la plage… Qu’il s’agisse de pierres semi précieuses ou galets de rivière, leurs formes/textures/couleurs « s’emboitent avec leur boite » et il est parfois difficile de deviner si c’est la pierre qui inspire la boite ou la boite qui détermine la pierre.

Sources d’inspiration très variées et de tous horizons : peintures chinoises anciennes, écritures cunéiformes, paysages japonais, illustrations d’un livre pour enfant ou les œuvres de Klimt… Utilisation de toutes sortes d’outils pour texturer, objets de la vie quotidienne (peigne, allumette, fourchette) ou encore trouvailles inattendues (bois de chevreuil, écorces, coquillages, coraux, pièces de monnaies anciennes….).

Ses réalisations sont principalement des vases, des boites et des plats.

Les céramiques de Claude Agier-Mollinari